Conditions d’entretien des tortues terrestres : les points essentiels pour éviter dépérissement et carapaces molles

“Ma tortue a la carapace molle et elle ne bouge plus”, voici un motif de consultation malheureusement très fréquent avec un pronostic souvent réservé alors que des bonnes conditions d’entretien dès l’adoption permettent d’éviter ce genre d’affection. Les tortues sont des animaux à sang froid, leur métabolisme est donc très lent et l’effet de mauvaises conditions d’entretien ne se verra qu’au bout de plusieurs mois voir plusieurs années, ce qui est tard pour rétablir un environnement correct. Dans cet article sont détaillés quelques points essentiels à respecter pour apporter à votre tortue terrestre un environnement adapté et lui éviter de nombreux problèmes de santé.

 

  • 1 espèce = 1 enclos

Voici un petit rappel sur les origines de nos tortues de compagnie pour mieux comprendre leurs besoins. En France la majorité des tortues domestiques appartiennent au genre Testudo. On en distingue deux principales:

  • La tortue de Hermann (Testudo hermanni)

C’est la seule espèce de tortue terrestre naturellement présente en France, elle vit sur le contour méditerranéen, du nord de l’Espagne à la Turquie.

* Pour la reconnaître: elle possède un éperon corné sur le bout de la queue et son écaille supracaudale est généralement divisée en deux.

  • La tortue grecque (Testudo graeca graeca)

La tortue grecque a une répartition plus diversifiée, on la retrouve principalement au sud de l’Espagne et au Maghreb, mais également en Sardaigne, Albanie, Grèce, au Moyen Orient  et dans le Caucase russe. Le climat de son milieu de vie naturel peut donc varier mais elle peuple de préférence les zones arides, chaudes et relativement pauvres en végétation. En captivité il faut donc éviter une humidité trop élevée et des températures trop basses, la tortue grecque y est très sensible. Elle développe rapidement des rhinites contagieuses et des bronchites chroniques en cas de climat inadapté.

* Pour la reconnaître: elle possède un tubercule élargi sur l’intérieur des cuisses et son écaille supracaudale et généralement unique. Cette espèce n’a pas de pointe cornée à l’extrémité de la queue.

  • Conclusion: 1 espèce = 1 enclos !

Avec ce rappel il est facile de comprendre que 2 espèces différentes de tortues ne doivent jamais être maintenues dans le même enclos. Ceci est vrai pour toutes les espèces de tortue et particulièrement pour les Grecques et les Hermann, en effet:

– La tortue grecque ne peut être maintenue sur un terrain humide, exposé au nord ou dans un couloir de vent alors que la tortue de Hermann peut vivre dans ces conditions sans souci.

– La tortue grecque est sujette à la rhinite contagieuse et aux bronchites chroniques et elle est porteuse saine de l’herpès virus, virus qui peut causer une infection grave chez la tortue de Hermann.

– Maintenir 2 espèces dans le même enclos entraîne un risque d’hybridation

 

  • Des UV B indispensables!

Une tortue doit soit vivre dehors (lumière du soleil directe, sans vitre interposée), soit avoir une lampe à UV B dans son terrarium. Une tortue terrestre maintenue dans un environnement sans UV B ne peut pas survivre sur le long terme. En effet, les tortues terrestres herbivores sont incapables d’absorber le calcium si elles ne sont pas exposées aux UV B, or le calcium est indispensable au développement de leur carapace et au bon fonctionnement de leur organisme.

Explication simplifiée: C’est la vitamine D3 activée qui permet aux intestins d’absorber le calcium contenu dans les aliments. Sans vitamine D3 le calcium ingéré est directement rejeté dans les selles et les urines sans être utilisé. Les reptiles carnivores obtiennent la vitamine D3 grâce aux proies qu’ils consomment , les herbivores doivent la fabriquer eux-même. Chez les tortues, ce sont les UV B et la chaleur provenant du soleil qui permettent une mutation du cholestérol contenu dans la peau pour le transformer en vitamine D3.

En conclusion: sans UV B, pas de vitamine D3; sans vitamine D3 , impossibilité  d’absorber le  calcium et sans calcium dépérissement de la tortue.

Donc si votre tortue vit toute l’année dans un enclos extérieur, le soleil lui apporte les UV B nécessaires. Attention toutefois à ce qu’elle ait accès à des zones d’ombre dans son enclos. Si votre tortue vit à l’intérieur, il est obligatoire de lui installer un tube à UV B à l’intérieur de son terrarium:

Les UV B sont filtrés par le verre, il est donc inutile de mettre le terrarium contre une fenêtre. Ceci est même dangereux car il y a un risque d’élévation excessive de la température dans le terrarium. De même il est inutile de mettre le tube à UV B du côté extérieur de la vitre du terrarium.

– Choix des UV B pour les tortues grecques et les tortues de Hermann: choisir un tube à UV avec 5% d’UVB (noté 5.0) car dans nos régions européennes les UV B représentent 5% des UV solaires, les tortues de nos régions ont donc une peau adaptée à cet indice UV B. Ne prenez pas un tube d’indice 8.0 qui est prévu pour des tortues vivant en milieu aride (tortues du genre Geochelone par exemple). La peau de nos tortues européennes n’est pas prévue pour supporter un taux si élevé d’UV B, cela abimerait la peau et à terme la synthèse de vitamine D3 ne pourrait plus se faire correctement. Donc apporter trop d’UV B est aussi néfaste que de ne pas en apporter, d’où l’importance de choisir l’indice solaire qui correspond à celui de l’habitat naturel de votre tortue. De plus trop d’UV B peut entraîner des pathologies oculaires (uvéites et cataractes).

– Une lampe UV B a une durée de vie de 6 à 8 mois : il faut donc la changer régulièrement.

– La portée d’une lampe UV B est d’environ 40 cm, il ne faut donc pas la placer trop en hauteur.

– Il vaut mieux privilégier une lampe UV B pour que la tortue fabrique naturellement sa vitamine D3 plutôt que de donner des granulés riches en vitamine D3. Attention à ne pas associer lampe UV B et granulés riches en vitamine D3 car un excès en vitamine D3 peut entraîner des dépôts de calcium dans les reins.

 

  • Une complémentation en calcium obligatoire pour les tortues ne broutant pas l’herbe du jardin

Nous venons de voir que les UV B sont indispensables à l’absorption du calcium, mais pour l’absorber il faut qu’il y en ait dans l’alimentation ! Et ce en quantité suffisante. Les tortues terrestres ont besoin d’une alimentation riche en minéraux avec 2 à 3 fois plus de calcium que de phosphore car leur carapace nécessite une grande quantité de calcium. En cas de carence en calcium, la carapace de la tortue se ramollit et son squelette se déminéralise, ce qui peut aboutir à des fractures spontanées.

Si votre tortue vit dans un enclos extérieur et broute l’herbe et les plantes du jardin, son alimentation lui apporte tout le calcium dont elle a besoin. Il n’est donc pas nécessaire de lui apporter un complément.

Si votre tortue vit à l’intérieur ou dans un enclos en terre battue sans végétation et qu’elle est nourrie avec des végétaux achetés dans le commerce, elle ne reçoit pas suffisamment de calcium. Les végétaux achetés dans le commerce sont toujours plus riche en phosphore qu’en calcium, ce qui ne correspond pas aux besoins de la tortue. Il faudra alors obligatoirement la complémenter en calcium.

*En pratique:

– Les jeunes en croissance ont besoin d’une complémentation quotidienne, pour les adultes il suffit de donner un complément une fois par semaine.

– La complémentation se fait avec de la poudre de calcium disponible en animalerie et dans le commerce. Attention à acheter un complément ne contenant que du calcium, achetez de la poudre de calcium sans vitamine D3 (souvent noté en anglais “Ca without D3” sur l’emballage). Il vaut mieux favoriser les UV B pour que la tortue fabrique naturellement sa vitamine D3. Souvent les poudres contenant de la vitamine D3 sont trop concentrées et un excès en vitamine D3 peut entraîner un dépôt de calcium dans les reins.

– Il est aussi possible de placer un morceau de roche riche en carbonate de calcium dans la gamelle d’eau de votre tortue. La roche va se dissoudre progressivement et enrichir l’eau en calcium.

 

  • Une alimentation variée

L’alimentation des tortues terrestres herbivores se  compose de 90% de végétaux et de 10% de fruits. Cette alimentation doit être variée pour qu’il n’y ait pas de carence. Nourrir les tortues uniquement avec de la salade et des tomates est une erreur courante qui peut engendrer des problèmes de santé.

* Végétaux à privilégier: foin, herbe, feuilles et fleurs de pissenlit, endives, trèfles, feuilles de moutarde, scarole, cresson, courge, mâche, fanes de carotte, poivrons verts, oseille, plantain, liseron, vesce, sainfoin, cardamine, capselle bourse-à-pasteur, chicorée frisée, feuilles de navet, feuilles de radis, feuilles de mûrier et de ronces, feuilles de betterave, feuilles d’ortie, romaine, luzerne.

* Fruits à donner en petite quantité: banane, papaye, abricot, fraise, figue fraîche, figue de barbarie…

* Légumes à donner en petite quantité: brocoli, radis, épinards, betteraves, céleri.

* Interdits: laitue, avocat, rhubarbe, aubergine, kiwi, azalées, jonquilles, tulipes, pain trempé dans du lait, pâtes, riz, lait, yaourt, fromage, chocolat, gâteaux, viandes, poisson, fruits de mer, croquettes pour chien, champignon, chou-fleur, artichaut, choux de Bruxelles, maïs, petits pois, lentilles, ail, oignon, pommes de terre.

 

  • Un bain hebdomadaire

Afin d’éviter que votre tortue ne se déshydrate, il est conseillé de lui faire prendre un bain d’eau tiède durant environ 20 minutes une fois par semaine. L’absorption de l’eau se fait par le cloaque (orifice unique de la tortue se situant sous la queue et servant à la fois pour les voies intestinales, urinaires et génitales). Il faut donc veiller à ce que l’arrière train de votre tortue soit immergé dans l’eau, attention toutefois à ce que la hauteur d’eau ne dépasse pas celle de son menton pour éviter tout risque de noyade. Cette baignade favorise également l’émission des selles et des urines, elle vous permet ainsi de vérifier l’absence de parasites intestinaux (vers).

 

  • Du chauffage

Les tortues ne peuvent pas réguler leur température, celle-ci dépend de la température de l’air ambiant. Il est donc important de leur fournir une température ambiante qui correspond à celle de leur milieu naturel :

– Tortues grecques: 24°C à 32 °C le jour et 22°C la nuit

– Tortues de Hermann: 25°C à 32°C le jour et 18°C la nuit

Pour chauffer le terrarium, placez une lampe chauffante dans un coin pour créer un gradient de température avec un point chaud dans le coin où se trouve la lampe et un point froid dans le coin opposé. Avec cette disposition, la tortue peut choisir la température qui lui convient le mieux. La température est à contrôler avec un thermomètre. L’idéal est d’avoir un thermostat pour régler la température jour/nuit. Les plaques chauffantes et les rochers chauffants sont à éviter car ils peuvent provoquer des brûlures.

 

  • Autres paramètres de l’environnement

* Substrat idéal pour le sol : foin, terre, copeaux de hêtre.  (A proscrire : cèdre, pins, litière pour chat agglomérante, graviers, mélange de bois, luzerne)

* Durée d’éclairement: 12H à 14H en été et  8H à 10H en hiver

* Humidité idéale:

Tortue de Hermann: 50%

Tortue grecque: 30 à 50%  (la tortue grecque nécessite un environnement sec. Un fort taux d’humidité constant peut la prédisposer à des infections respiratoires)

Un environnement trop sec ou trop humide peut provoquer des problèmes de santé tels que des troubles de la mue, des troubles respiratoires et dermatologiques. Les tortues juvéniles peuvent nécessiter des taux d’humidité plus élevés afin d’éviter les malformations des carapaces lors de la croissance (malformations entraînant des carapaces dites “en toblerone” par exemple)

* Fournir un abris et un bassin assez grand pour que la tortue puisse s’immerger sans se noyer (l’eau ne doit pas arriver plus haut que le menton de la tortue).

 

  • Hibernation

L’hibernation est recommandée pour les tortues de Hermann, elle est possible mais non obligatoire pour les tortues grecques. Attention à ne faire hiberner que des tortues en parfait état de santé. L’hibernation des jeunes est controversée. Dans le doute, mieux vaut attendre 3-4 ans avant la première hibernation. En captivité, la longueur recommandée d’hibernation est d’environ 3 mois. Si votre tortue de Hermann vit dans un enclos extérieur toute l’année, elle se régulera toute seule pour hiberner. Dans tous les cas une tortue n’hibernant pas ou se réveillant trop tôt d’hibernation doit être gardée dans un terrarium avec du chauffage, des UVB et une alimentation variée. Il n’est pas possible de la laisser dehors avant mars/avril si elle n’hiberne pas.

 

  • Conclusion

Contrairement aux idées reçues, fournir des conditions de vie optimales à une tortue se révèle bien plus complexe que d’entretenir un chien ou un chat. L’idéal pour se rapprocher des conditions de vie naturelles est d’avoir un enclos extérieur toute l’année pour les tortues de Hermann et un enclos extérieur durant la saison estivale pour les tortues Grecques. Si ceci est impossible, il est impératif d’avoir un terrarium correctement équipé et de fournir une nourriture variée et complémentée en calcium.

Pour rappel les tortues terrestres sont des espèces protégées car menacées d’extinction à l’état sauvage. De ce fait elles font l’objet d’une réglementation: c’est la convention de Washington (ou CITES) qui définit les conditions de détention des tortues domestiques.

Voici les différentes conditions à remplir:

* La tortue doit être identifiée par une puce électronique (photo pour les animaux de moins de 10 cm)

* Il faut faire une demande d’autorisation de détention en préfecture (CERFA à remplir).

* En cas de détention de plus de 6 tortues terrestres, il est nécessaire de posséder un certificat de capacité et une autorisation d’ouverture d’établissement (dossier à déposer à la préfecture)

Si vous achetez votre tortue chez un éleveur habilité, celui-ci doit vous fournir le certificat intracommunautaire et les papiers d’identification de la tortue. Dans ce cas il vous reste juste à demander une autorisation de détention.

Si vous avez adopté une tortue avant 2004 et n’avez pas reçu ces documents ou si vous avez récupéré une tortue de provenance inconnue, il faut l’identifier et contacter la DDPP (Direction Départementale de la Protection des Populations) de votre département. La plupart du temps les DDPP sont compréhensives et acceptent de régulariser la situation de votre tortue si vous montrez que vous lui offrez de bonnes conditions de vie (en suivant tous les conseils de cet article 😉 ).