Connexion
LA TPLO : UN NOUVEAU MODE DE TRAITEMENT DES RUPTURES DU LIGAMENT CROISÉ.


  Une des fonctions les plus importantes du ligament croisé antérieur (LCA) est d’empêcher les mouvements d’avant en arrière du tibia par rapport au femur.

  La rupture de ce ligament conduit irrémédiablement à une instabilité du genou et à une boiterie. Le traitement de la rupture du LCA est chirurgical. De nombreuses techniques chirurgicales ont été devloppées.

La TPLO est une technique récente qui permet :

  •   Une récupération plus rapide
  •   Une meilleure amplitude des mouvements de l’articulation
  •   De limiter le développement d’arthrose
  •   Un retour plus rapide à une activité sportive ou de travail



  La rupture du LCA est un des motifs de consultation les plus courants en orthopédie vétérinaire.


  Cette affection se rencontre chez des chiens de toutes races, de tous âges et de tous poids. Cette rupture peut survenir sur un animal normal à la suite d'un traumatisme important (accident de la voie publique) mais elle se fait plus souvent de manière progressive chez les animaux prédisposés à cette pathologie (dégénérescence du ligament due à l’âge,  inflammation pré-existante,    malformation anatomique ou   pente tibiale trop prononcée).


  Les premiers signes cliniques sont une boiterie et une raideur du membre. Au fur et à mesure que le ligament se déchire, la boiterie est de plus en plus prononcée. Lorsque la rupture devient totale, le membre est en suppression d’appui. Avec le temps, le chien arrive à réutiliser sa patte. Cependant, la boiterie ne disparaît pratiquement jamais sans intervention chirurgicale.


  La rupture des ligaments croisés des deux postérieurs est assez fréquente. On l’observe chez 1 chien sur 3.  



Mécanisme

                                                                                                                                           Chez un individu dontle plateau tibial est incliné, la résultante des forces engendrées par le segment fémoral entraîne un glissement de ce dernier par rapport au tibia : c’est la poussée tibiale.Celle ci est d’autant plus importante que la pente est grande.


  C’est cette poussée tibiale répétée qui sollicite le ligament croisé jusqu’à sa rupture.







 

  Le but de la TPLO est de supprimer cette poussée tibiale par rotation du plateau tibial et de transformer un mouvement de translation du genou en un mouvement de compression salvatrice.


 


Déroulement de la chirurgie :  


   La première étape consiste à évaluer le degré de la pente tibiale et de calculer la correction qui permettra de la ramener à une valeur proche de 5 degré par rapport à l'axe du tibia.




La seconde étape consiste en l’exploration de l’articulation du genou afin de retirer les débris de ligament rompu et d'examiner les ménisques.



                                        
On réalise  ensuite une section du tibia afin de corriger la pente et la ramener à une valeur inférieure à 10 degrés.  ne plaque et des vis permettent le maintien du montage le temps de la cicatrisation osseuse.

  



Contrairement aux autres interventions sur le genou, la TPLO autorise une récupération rapide post-opératoire.

Un chien sur deux peut poser la patte après 24 heures. En 5 jours, la plupart des chiens recommencent à reporter leur poids sur le membre opéré.

Les chiens n’ayant présenté qu’une rupture partielle du ligament ont tendance à récupérer plus vite que les chiens souffrant d’une rupture complète avec parfois un support quasi-total du poids sur la patte atteinte en à peine 2 semaines.

A partir du 2eme mois, les exercices en laisse peuvent être repris progressivement en augmentant leur intensité chaque semaine.

Le développement de l’arthrose peut être contrôlé radiographiquement. Une étude a démontré que le celui-ci était significativement plus lent avec la TPLO qu’avec l’utilisation des autres techniques.


Pronostic :

Le pronostic est excellent avec un retour  à une fonctionnalité totale ou quasi-totale dans 90 % des cas. De nombreux chiens de sport ou de travail ont pu ainsi reprendre leur activité.

Parmi les rares animaux ne répondant pas bien à cette chirurgie, se trouvent les chiens ayant présenté une fracture du plateau tibial ou un stade avancé d’arthrose. Dans ce cas, la TPLO contribue tout de même à les améliorer.

Notons que cette technique est plus efficace sur une articulation n’ayant jamais été opérée que sur une reprise d’une chirurgie ayant reposé sur une autre méthode.